CONSEILS/ASTUCES·MES REALISATIONS

…une blouse aux manches sublimes

Coucou tout le monde,

Cette semaine, je vous propose de découvrir le blog espagnol « ohmotherminediy« .

Oui, oui, j’ai bien dit espagnol.

J’imagine déjà votre tête…😓

Pas d’inquiétude ! Nul besoin d’être bilingue pour comprendre des images et télécharger un patron… hein 😉 !

Revenons à nos moutons. Ce blog est celui d’une jeune Maman qui délivre des conseils pour qui veut apprendre à coudre. En guise d’entraînement, elle propose de tester ses patrons, pour femme et bébé, délivrés gratuitement.

Et pour bien faire les choses, elle propose des tutos en vidéo accessibles sur YouTube. Génial, non ?

Quand je vous disais que comprendre l’espagnol n’était pas indispensable….

Cette semaine, j’ai donc testé le patron d’une blouse aux manches pavot (traducteur Google).

dont vous trouverez le patron sur le blog (lien indiqué plus haut) et le tuto ici.

Mes impressions :

  • Le patron se télécharge très facilement.
  • Les explications en images sont claires et le montage des pièces ne présente pas de difficulté particulière.
  • Seul bémol : à l’essayage, la blouse est assez étroite au niveau de la poitrine. Et pourtant, Dame nature ne m’a pas trop gâtée de ce côté-là…

Je vous suggère donc, soit d’élargir le haut de la blouse, soit de raccourcir les pinces de poitrine.

Le résultat en images !

Portée, ça donne ça !

Désolée pour la mauvaise qualité des photos

Verdict !

A REFAIRE…. encore et encore. Le détail des manches est sublime.

Voili, voilà, j’espère que ce billet de blog vous aura plu et surtout donné l’envie de tester ce super blog.

A très vite, pour de nouvelles cousettes.

Mouah 💋

CONSEILS/ASTUCES

Histoire d’une couture ratée…

Bonjour les cousettes,

Niveau couture, tout va bien chez vous ?

Parce que me concernant…. comment dire ???? C’est un peu compliqué de trouver du temps pour coudre en ce moment.

Et pourtant ce n’est pas l’envie qui m’en manque.

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous l’histoire de ma dernière couture….. ratée.

Ça vous est déjà arrivé d’avoir une envie de coudre si forte que peu importe ce que vous allez réaliser, seul compte le moment que vous allez passer dans votre atelier, installé-e devant votre machine à coudre ?

Eh bien, c’est ce qui m’est arrivé le week-end dernier. Ça faisait au moins 2 semaines que je n’avais rien cousu. J’avais pourtant des tissus en stock mais le temps me manquait….. et les idées/envies de projets aussi.

L’envie de coudre étant plus forte, me voilà lancée dans un projet, sans patron et sans réflexion. (Roulement de tambour) Catastrophe !

Au départ, je voulais coudre une robe en jean toute simple et évasée.

Et je me retrouve avec une robe droite, montée d’un col claudine et d’une coulisse. En jean, oui ! mais dont la couleur a déteint sur mes mains

Bref, un vrai ratage. Elle est mettable » mais c’est loin d’être un coup de cœur.

Pour vous éviter les mêmes déboires, je vous livre quelques conseils pour réussir vos prochains projets couture :

1- Lavez votre tissu

J’ai souvent fait l’impasse sur cette étape. Et pourtant, elle est indispensable. Il arrive que les couleurs dégorgent, que les tissus rétrécissent ou encore se détendent au lavage. Prenez l’habitude de placer vos tissus directement après achat dans le tambour de votre machine à laver. Ainsi, pas de mauvaise surprise !

2- Pensez votre projet

C’est primordial ! Selon le tissu choisi (léger, fluide, lourd, transparent…etc), le tombé d’une jupe ne donnera pas le même résultat.

Imaginez le résultat final. Faites des minis essais.

Prenez aussi le temps de repérer chaque pièce et de les numéroter.

Lancez-vous uniquement lorsque vous êtes détendue et vraiment disponible.

3- Consultez le tableau des tailles

Ça ne vous prendra que 5 minutes et vous évitera bien des déceptions. Comme pour les marques de vêtements, les patrons ne sont pas tous taillés de la même manière. Un 40 dans un patron Vanessa Pouzet ne sera pas le même qu’un 40 chez Anne Kerdilès.

4- N’oubliez pas les marges de couture

Vraiment, je bénis les patrons marges comprises. Ce devrait être systématique !

Pour m’éviter les marges irrégulière, tracées un peu à la va-vite, j’ai trouvé un accessoire top de top. Une roulette à marquage double. Elle coûte en moyenne 10€. C’est selon moi un bon investissement. Je vous la recommande.

Voili, voilà les ami-e-s, j’espère que ces quelques conseils vous seront utiles.

Et si vous aussi, vous avez des tuyaux à me donner, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

Et maintenant, j’parie que vous mourrez d’envie de découvrir ma merveille.

Fin du suspense !

La voici !

Portée, ça donne ça…

Comme je vous le disais, ma robe est « mettable » mais elle est loin de me satisfaire et de correspondre à ma morphologie.

La prochaine sera mieux, hein 😉 !

A bientôt les cousettes.

CONSEILS/ASTUCES

J’ai teste la robe Fanny de Makerist

Hello tout le monde,

Cette semaine, j’ai enfin testé le patron de la robe Fanny de Makerist .

Enfin…. parce que pour moi, c’était particulièrement compliqué de trouver du temps pour coudre ce mois-ci. Et vous ?

Ce patron, je l’ai acquis il y a 2 mois environ lorsque je pensais à compléter ma garde-robe d’hiver.

Après avoir portée la robe, je la trouve très agréable et bien taillée.

Les poches latérales sont un plus bien utile.

Passe-partout, elle s’adapte à tous les styles : classique avec des escarpins ou des ballerines, décontractée avec des bottes et une veste en jean ou sportWear avec des baskets.

Bref, elle va rapidement devenir un basique de ma garde-robe.

Sans plus tarder, mes impressions !

Le patron :

Il est accessible aux débutant-e-s.

  • Au prix de 6,50€ la version numérique, vous le recevez instantanément.

  • La robe est proposée dans des tailles allant du XS au XL.

Le tissu :  

  • Il est suggéré de réaliser cette robe dans une matière élastique ou un coton molletonné.

  • Pour ma part, j’ai opté pour quelque chose qui ressemble à du jersey coton, de couleur grise, acheté sur le marché des tarterêts à Corbeil-Essonnes, 1€ le mètre.

Le matériel :

Muni-e du tissu et idéalement d’une surjeteuse, vous n’aurez besoin de rien d’autre pour confectionner ce modèle.

Difficultés potentielles :

  • La pose des poches et la couture de l’encolure

Ce que j’ai aimé :

Ce modèle s’assemble très vite.C’est un bon basique à porter aussi bien en hiver si vous choisissez un tissu épais, qu’en été ou au printemps dans un tissu plus léger.

À la surjeteuse puis à la machine à coudre pour les ourlets, je l’ai réalisé en moins de 2h.

Les explications :

Elles sont claires et illustrées à la manière d’un pas-à-pas.

Pas d’erreur possible !

Mes recommandations

Grande de taille, j’aime être à l’aise dans mes vêtements. J’ai donc choisi d’allonger de 4cm la longueur de la robe.

Le patron propose de réaliser le haut du dos en deux parties qui en les assemblant n’en feront qu’une.

Pour ma prochaine version, je couperai cette pièce au pli du tissu pour n’en faire qu’une. Ce sera sûrement plus joli que cette horrible couture dans le dos.

Autre chose, lorsque vous assemblerez la partie du devant avec la partie du derrière, assurez-vous que les coutures horizontales (celles qui assemblent le haut et la jupe) coïncident bien.

Sur ma version, il y a un léger décalage.

Verdict :

JE VALIDE CE PATRON !

Et Vous ?

Le résultat en images

img_1241
Ici, portée avec Un gilet facile et fashion
CONSEILS/ASTUCES

…de coudre un ruban

Bonjour les amis,

Aujourd’hui, je reviens vers vous avec une astuce.

Il y a quelques jours, après avoir portée ma robe luisa, j’ai souhaité y apporter une (nouvelle) petite modification.

Comme je le disais, c’est une robe ample, très ample…

Il me fallait donc la cintrer un peu.

Pour ce faire, j’ai opté pour la pose d’un ruban à nouer dans le dos.

Jusque-là, rien de compliqué !

Il suffit de découdre les coutures des deux côtés et d’insérer chacun des rubans.

Oui, ok, mais que faire pour éviter que ne s’effilochent les extrémités qui ne seront pas emprisonnés dans les coutures ?

La solution est aussi simple qu’inattendue : du vernis à ongles transparent !

Oui, oui, vous lisez bien.

Je vous explique :

1/ insérer votre ruban dans les coutures existantes. N’hésitez pas à insister et surfiler les bords.

2/ couper proprement l’autre extrémité, si possible, en biseau.

3/ passer une couche de vernis à ongles transparent de chaque côté du ruban et laisser sécher.

4/ et voilà, le tour est joué !

On n’y voit que du feu, non ? Efficacité prouvée !

CONSEILS/ASTUCES

C’est les soldes ! Mes conseils pour un shopping couture réussi

Ça y est ! C’est parti pour 6 semaines de bonnes affaires à shopper.

En tant qu’addict à la couture, vous n’avez qu’une seule envie, une seule obsession : ravitailler votre stock de Tissus. Faire le plein !!!

Si comme moi, vous résidez en région parisienne, les boutiques ne manquent pas.

D’ailleurs, j’en profite pour vous dire que je reviendrai dans quelques jours sur ma dernière journée de shopping à Paris mais revenons à notre sujet.

La 1ere règle lorsqu’on s’apprête à faire des emplettes consiste à :

Préparer son shopping couture

Pour ce faire,

  • Identifier les enseignes et boutiques que vous souhaitez visiter,
  • Repérer les bonnes affaires sur le net,
  • Définir un budget.

Avant de partir,

  • Consultez les patrons en attente ou que vous souhaitez à nouveau réaliser. Notez les métrages dont vous aurez besoin, la mercerie requise et les matières suggérées.
  • Ne vous cantonnez à des projets de saison. Projetez-vous !
  • Pensez également à faire le tri dans vos réserves. Vous pourriez faire de belles découvertes !
  • En matière de mercerie (zip, galon, ruban…etc), notez ce qui vous manque. Idem pour tout ce qui concerne le matériel de couture. Les soldes sont souvent le bon moment pour davantage s’équiper.

Pendant votre shopping couture

C’est le grand jour ! Vous avez réussi à vous dégager du temps à consacrer à vos 2 activités préférées (shopping et couture).

Une fois dans la boutique, armé-e de votre liste de courses, prenez le temps de regarder l’ensemble des produits soldés.

Réfléchissez à l’effet que tel ou tel tissu pourrait donner à votre projet. En effet, le choix du tissu est très important et fait la différence pour chacune des créations.

Testez l’élasticité, le tombé, l’harmonie des couleurs avec votre teinte de peau….etc

Si vous hésitez, comparez !

Pas d’achat compulsif que vous pourriez regretter.

Et pour finir, demandez conseil !

Les vendeur-se-s sont souvent d’une aide précieuse et de très bons conseils.

Vous voilà désormais prêt-e à affronter la jungle des soldes.

Bon shopping couture !

CONSEILS/ASTUCES

Coudre un galon dentelle

Coucou tout le monde,

La semaine dernière, je vous dévoilais ma version de la robe Luisa de Wear Lemonade.

Comme je l’ai expliqué tantôt, la réaliser dans un tissu uni n’était pas l’idée du siècle.

En fait, cette robe est un super basique de la garde-robe. Mais si on veut lui donner un peu de pep’s, pas le choix que de la customiser un peu.

C’est donc ce que j’ai fait en ajouter un galon de dentelle sur le devant, sur le haut du buste.

Je vous propose donc de revenir sur cette couture accessible à toutes et tous et qui sied parfaitement aux coupes les plus simples.

1/ Choisissez votre galon

En mercerie, le choix ne manque pas. Vous en trouverez de toutes les épaisseurs, couleurs,  matières et formes.

Prenez votre temps pour le choisiret n’hésitez pas à apporter votre ouvrage en magasin pour vous assurer de l’harmonie de l’ensemble.

Astuce : s’il s’agit d’une grosse dentelle, il est tout à fait possible d’en découper un ou plusieurs éléments pour le-s piquer en rappel sur une manche ou un autre endroit de votre ouvrage.

2/ Coudre votre galon

S’il est étroit, vous piquerez votre galon en son milieu et s’il est plus large, vous le piquerez sur les deux bords. Vous pouvez également piquer le long de la bordure du galon si celle-ci s’y prête.

Pour une plus jolie finition et s’il s’agit de tout autre élément qui requière précision, je vous suggère de le coudre à la main en point arrière.

img_1048.jpgPour ce faire, n’hésitez pas à vous aider d’une ligne de couture déjà existante.

Si le galon se trouve entre deux coutures (par exemple, de manches ou de côtés), il me semble préférable de découdre un peu vos coutures de côté, d’emprisonner votre galon entre les différentes épaisseurs et de coudre au point droit, sans oublier de faire les points marche arrière.

Et voilà le résultat avant/après !

C’est quand même mieux, non ?

Sur ce, à très vite et d’ici là, bonne cousette à vous !

CONSEILS/ASTUCES

… de débuter à la surjeteuse

img_0817

L’été dernier, une petite nouvelle a pris place dans mon atelier.

En effet, j’ai eu le plaisir d’accueillir ma surjeteuse.

Si vous me suivez sur Facebook, vous savez que je suis l’heureuse détentrice d’une Singer 14SH644.

C’est un modèle simple d’utilisation et dont le rapport qualité-prix est excellent. Si vous aussi êtes tenté-e-s et que votre budget est limité, sachez que son prix est tout à fait correct pour une surjeteuse puisqu’elle coûte 269€ chez les revendeurs les plus connus.

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous mes premiers pas.

En préambule, malgré mon vif intérêt pour cette nouvelle acquisition, j’ai mis plusieurs mois avant de me lancer. Je ne saurais pas l’expliquer, j’étais comme intimidée devant cette bête.
La prise en main

J’ai donc d’abord regardé des tutos vidéos pour comprendre comment procéder à l’enfilage, à quoi servaient les boucleurs, le couteau et les différentes fonctions de ma machine.

Et puis, je me suis lancée.

L’enfilage de cette Singer est assez simple. J’ai donc scrupuleusement suivi le mode d’emploi. Malheureusement, est arrivé ce qui devait arriver. Lors de ma première tentative, un des fils a cédé et j’ai abandonné. Pas pour toujours mais pour un temps !

Je voulais la prendre en main avec de solides bases.

J’ai donc réservé un cours de 3h chez Veritas.

Vous connaissez cette enseigne de magasins originaire de Belgique dont le concept est « fait pour moi » et « fait par moi » ?

Personnellement, j’adore m’y rendre. C’est une source d’inspiration intarissable. Vous y trouvez de la mercerie, des tissus, des pelotes de laine, et tout un tas de choses pour ceux et celles qui s’adonnent au fait main.

Bref, tout ça pour vous dire que cette enseigne propose des ateliers couture, en individuel ou en collectif. Les 3h coûtent 30€. Seul bémol, il faut réserver longtemps à l’avance….

Enfiler sa machine

Durant ma première heure avec Maryse, la prof de couture, j’ai enfilé, désenfilé (pas certaine que ce soit français) et ré-enfilé pour bien maîtriser chaque étape.

D’ailleurs, Maryse m’a donné une astuce pour changer la bobine sans me prendre la tête. Il s’agit de la méthode des nœuds qui consiste à nouer une ancienne bobine à une nouvelle puis à faire passer ce même fil dans tous les guides-fils réservés à cet effet.

S’entraîner !

Eh oui, je n’ai pas de recette miracle. Pour être à l’aise avec sa surjeteuse, il faut s’entraîner, s’entraîner, s’entraîner !

Peut-être d’abord sur des tissus de moindre qualité puis sur des tissus plus précieux.

J’ai donc décidé de me lancer sur un modèle simple et rapide, dans un tissu jersey, dont voici le résultat !!!!

Je suis ravie !!!

Y’a plus recommencer désormais :-))