CONSEILS/ASTUCES

… de débuter à la surjeteuse

img_0817

L’été dernier, une petite nouvelle a pris place dans mon atelier.

En effet, j’ai eu le plaisir d’accueillir ma surjeteuse.

Si vous me suivez sur Facebook, vous savez que je suis l’heureuse détentrice d’une Singer 14SH644.

C’est un modèle simple d’utilisation et dont le rapport qualité-prix est excellent. Si vous aussi êtes tenté-e-s et que votre budget est limité, sachez que son prix est tout à fait correct pour une surjeteuse puisqu’elle coûte 269€ chez les revendeurs les plus connus.

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous mes premiers pas.

En préambule, malgré mon vif intérêt pour cette nouvelle acquisition, j’ai mis plusieurs mois avant de me lancer. Je ne saurais pas l’expliquer, j’étais comme intimidée devant cette bête.
La prise en main

J’ai donc d’abord regardé des tutos vidéos pour comprendre comment procéder à l’enfilage, à quoi servaient les boucleurs, le couteau et les différentes fonctions de ma machine.

Et puis, je me suis lancée.

L’enfilage de cette Singer est assez simple. J’ai donc scrupuleusement suivi le mode d’emploi. Malheureusement, est arrivé ce qui devait arriver. Lors de ma première tentative, un des fils a cédé et j’ai abandonné. Pas pour toujours mais pour un temps !

Je voulais la prendre en main avec de solides bases.

J’ai donc réservé un cours de 3h chez Veritas.

Vous connaissez cette enseigne de magasins originaire de Belgique dont le concept est « fait pour moi » et « fait par moi » ?

Personnellement, j’adore m’y rendre. C’est une source d’inspiration intarissable. Vous y trouvez de la mercerie, des tissus, des pelotes de laine, et tout un tas de choses pour ceux et celles qui s’adonnent au fait main.

Bref, tout ça pour vous dire que cette enseigne propose des ateliers couture, en individuel ou en collectif. Les 3h coûtent 30€. Seul bémol, il faut réserver longtemps à l’avance….

Enfiler sa machine

Durant ma première heure avec Maryse, la prof de couture, j’ai enfilé, désenfilé (pas certaine que ce soit français) et ré-enfilé pour bien maîtriser chaque étape.

D’ailleurs, Maryse m’a donné une astuce pour changer la bobine sans me prendre la tête. Il s’agit de la méthode des nœuds qui consiste à nouer une ancienne bobine à une nouvelle puis à faire passer ce même fil dans tous les guides-fils réservés à cet effet.

S’entraîner !

Eh oui, je n’ai pas de recette miracle. Pour être à l’aise avec sa surjeteuse, il faut s’entraîner, s’entraîner, s’entraîner !

Peut-être d’abord sur des tissus de moindre qualité puis sur des tissus plus précieux.

J’ai donc décidé de me lancer sur un modèle simple et rapide, dans un tissu jersey, dont voici le résultat !!!!

Je suis ravie !!!

Y’a plus recommencer désormais :-))

Une réflexion au sujet de « … de débuter à la surjeteuse »

  1. Il y a 15 jours de cela je t’aurai enviée! Mais voilà ça c’était avant ! Avant d avoir ma petite Bernina l450. Enfin elle n est pas petite du tout, j en ai tellement rêvée et tellement attendue pour avoir le budget et quel plaisir! À pic en plus pour mon projet de manteau magnésium en cours.
    Bonne couture.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s