CONSEILS/ASTUCES

…coudre du liège

Coucou le monde,

Ça ne vous aura pas échappé, depuis quelques années, notre société devient plus écologique, plus soucieuse de son environnement et donc plus responsable en matière de consommation.

Le monde de la couture n’y échappe pas. Pour certains et certaines d’entre nous, coudre est un acte militant en plus d’être une passion.

C’est là que se pose la question de l’origine des tissus et de leur mode de fabrication.

Saviez-vous que la culture du coton, qui représente environ 40% de la production mondiale, est l’une des plus polluantes.

Que faire ?

Le billet du jour ne consiste aucunement à nous culpabiliser.

Pas du tout !!!!

Juste suggérer une alternative à nos créations d’accessoires notamment, en réduisant notre consommation du tissu.

Et c’est donc là qu’intervient le liège.

Qu’est-ce que le liège ?

C’est l’écorce d’un arbre. La récolte du liège est très écologique. Elle participe au maintien des forêts puisque l’arbre n’est pas coupé.

Depuis 1 an ou 2, le liège est utilisé dans les activités dites de loisirs.

Vous trouverez le panneau à coudre de 30×45 cm aux environs de 5€ chez Cultura.

Il en existe aussi des colorés sur les sites de loisirs créatifs.

Quant à ce que vous pouvez en faire, les idées ne manquent pas sur le net.

Pour ma première utilisation, j’ai testé une pochette tri-matière (liege, simili et coton).

Le liège se coud comme un tissu ou un simili cuir. Une aiguille standard taille 90 suffit. C’est une matière très souple, malléable et agréable à coudre.

Je vous montre ce que ça donne ?

Ma pochette tri-matière

Donnez un peu de pep’s à votre tenue !

Ça vous tente d’essayer ?

Voici quelques idées trouvées sur le net et sur Pinterest.

Voilà ! C’est tout pour aujourd’hui.

Bon week-end et bonne rentrée à vous !

A bientôt 💋

CONSEILS/ASTUCES

Quel tissu pour quel projet ?

Hello tout le monde,

Cette semaine, je fête mes 2 années de couture et le bilan est………..ultra super positif.

Bien sûr, comme tout le monde, je n’ai pas connu que des succès. J’ai parfois usé du découd-vite, cassé des aiguilles, déréglé ma machine et abandonné des projets pour les reprendre quelques jours plus tard.

Mais comme on me l’a souvent dit, c’est en cousant que l’on devient couturière. Et quelle satisfaction de pouvoir créer de ses propres mains !!!

Et puis, ce blog n’existerait pas sans la couture. En plus de prendre plaisir à la couture, je prends plaisir à partager avec vous.

Pour fêter ses 2 années, j’avais envie de partager mon expérience sur la problématique « quel tissu pour quel projet ?« .

Vous est-il déjà arrivé de rêver d’une robe ou d’une veste, de la coudre soigneusement et être déçu-e du rendu, une fois sur vous ?

Vous savez de quoi je parle n’est-ce pas ?

Ce genre de déconvenue m’est souvent arrivé à mes débuts.

Soit parce que je ne suivais pas les préconisations du patron (trop pressée de m’y mettre…), soit parce que je n’avais pas une connaissance suffisante des tissus.

Vous l’aurez compris, en couture, le choix du tissu est primordial.

Il conditionne la réussite de votre projet. En fonction de la fluidité d’un tissu, une robe n’aura pas le même tombé.

Le poids du tissu est également important. Il détermine son opacité. Plus un tissu est léger et plus il est transparent.

Le choix se fait donc souvent à l’oeil et au toucher.

En matière de textile, retenez qu’il existe 2 grandes familles de fibres : les fibres naturelles et les fibres synthétiques.

Les fibres naturelles sont : le coton, le lin, la laine, la soie, le chanvre, le jute, le cachemire et le cuir.

Elles ont des propriétés respirantes et sont agréables à porter.

Les fibres synthétiques sont : la viscose, le polyester, le polyamide, le lycra, le simili cuir, la polaire, élasthanne et le nylon.

Pour mieux vous y retrouver, je vous ai préparé un lexique des tissus que j’ai nommé : Quel tissu pour quel projet ?

Il répertorie les matières les plus couramment utilisées. Pour chacune d’elles, sont recensés les types de projet que vous pouvez confectionner. Bien que non exhaustif, j’espère que ce lexique vous sera utile et vous accompagnera dans la réussite de vos projets couture.

Je tâcherai de le mettre régulièrement à jour, en fonction de mes découvertes mais également sur demande.

Alors n’hésitez pas à me donner vos avis et me faire part de vos expériences.

D’ici là, je vous souhaite une belle semaine et de belles cousettes en perspective !

💋

TUTOS

…d’un éventail home made

Hello les amis,

Aujourd’hui, je vous propose de personnaliser un éventail.

Pour ce tuto, vous aurez besoin :

  • d’un éventail du commerce (en bois ou en plastique)
  • de la colle universelle
  • Une paire de ciseaux ou un cutter rotatif
  • Une chute de tissu
  • Un crayon de papier
  • Un fer à repasser (option)

1- déshabillez l’éventail de son tissu d’origine, pour ne conserver que la structure

2- confectionnez votre patron, en vous aidant du revêtement d’origine

3- à l’aide de repères et éventuellement d’un fer à repasser, réalisez votre pliage

4- procédez au collage

Le plus proprement possible, collez votre tissu au support de l’éventail

5- laissez sécher

Admirez le travail !

CONSEILS/ASTUCES

…d’un masque de nuit

Post publié sur la Page Facebook, vendredi 3 août 2018

✈️🎁🏝 Vous prenez bientôt l’avion ?

Pensez au masque de nuit !

À réaliser en moins de 15′, il deviendra rapidement l’accessoire indispensable de vos moments de repos.

Tuto gratuit trouvé ici : https://sacotin.com/patron-gratuit-masque-de-nuit/

Et Merci à Véro Pinson, la créatrice de Sacôtin pour ce diy !

CONSEILS/ASTUCES·MES REALISATIONS

… d’une Cezembre : second crash test

Coucou tout le monde,

Vacances obligent, je me fais plus présente sur le blog… Je reviens aujourd’hui pour vous parler de la blouse Cézembre. Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur ce patron d’Anne Kerdilès. Que dire de plus, me direz-vous ? Et bien, pour commencer, saviez-vous que Cézembre est le nom d’une île côtière de la baie de Saint Malo ??? Je ne sais pas vous mais moi, j’aime bien connaître l’origine des noms originaux de certains patrons. Mais revenons à notre sujet de préoccupation ! Il y a quelque temps, avec plus ou moins de succès, j’ai réalisé une blouse Cézembre. Déçue, surtout par le tissu que j’avais choisi (un coton voile), je l’avais transformé en débardeur. Histoire d’arrêter le massacre… Pour celles et ceux qui me connaissent personnellement, vous le savez, impossible pour moi de rester sur un échec. Pour ma nouvelle tentative, j’ai donc opté pour un tissu moins léger, avec plus de tenue : un jean souple. J’ai aussi réduit la taille. Pour ma 1ère version, j’étais partie sur un 42 (un L quoi!) Quelle erreur ! Ce patron taille grand, très grand… Armée de patience, j’ai minutieusement suivi les instructions. Seules modifs, j’ai thermocollé les parementures pour une plus jolie finition et j’ai ajouté un revers à mes manches. Ça vous dit de voir le résultat ? Par ici les photos 👉🏾Alors, qu’en dites-vous ?Cette version me convient bien mieux que la précédente et correspond parfaitement à mon style. Conclusion : je compte bien rentabiliser ce patron, à condition de bien choisir le tissu cette fois !Exercice pas toujours aisé me concernant… Sur ce, je vous dis à très bientôt pour un prochain billet blog. Bel été à toutes et tous! 💋

TUTOS

Des espadrilles maison

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je vous propose de réaliser des espadrilles maison !

Pour ce faire, vous aurez besoin de :

  • Une paire de semelle d’espadrilles (ou des espadrilles bon marché)
  • Une chute de tissu (coton ou wax de préférence)
  • De la ficelle
  • Une grosse aiguille
  • Du nécessaire de couture

Marche à suivre

Tout d’abord, je me suis procurée une paire d’espadrilles bon marché.

En cas de ratage, je ne voulais pas regretter mon achat… mais vous pouvez aussi vous procurer sur le net une paire de semelle à bon prix.

J’ai commencé mon opération relooking en déshabillant les espadrilles de leur tissu d’origine. J’ai pris soin de dissocier les 2 pièces (avant et arrière de l’espadrille).

Comme vous pouvez le constater, ces deux pièces de tissu m’ont servi de patron.

Avant de passer à l’assemblage des deux pièces ensemble, il vous faudra réaliser les ourlets dans chacune d’entre elle et seulement sur la partie qui sera sur le dessus.

Reportez-vous aux modèles d’origine. Ce sera plus simple.

Passez ensuite à l’assemblage de la partie avant (couvrant le pied) à la partie arrière (retenant la cheville) comme ceci :

Il est désormais temps de fixer votre pièce recomposée à la semelle de l’espadrille.

Attention ! Pensez à centrer vos pièces : tissu par rapport à la semelle.

C’est maintenant que la ficelle et la grosse aiguille font leur entrée !

Après avoir enfilé votre aiguille à coudre, maintenez votre pièce de tissu à la semelle à l’aide d’aiguilles (photo ci-dessous) puis débutez votre couture à la main.

La couture de l’espadrille se fait au point feston.

Il existe une multitude de vidéos sur YouTube. N’hésitez pas à vous y référer si vous ne maîtrisez pas ce point de couture.

Bon, je ne maîtrise pas encore totalement le point mais je suis assez contente du résultat.

Ça vous dit de voir ce que ça donne ?

Voilà le résultat !

Et avec mon sac de plage assorti, je devrais être au top pour aller flâner sur le sable 😊

Bel été les ami-e-s !

CONSEILS/ASTUCES

Un sac en toile pour l’été

Hello tout le monde,

Cette semaine, je poursuis le recyclage d’un vieux jean.

Pour celles et ceux qui suivent mes aventures d’apprentie couturière, j’ai réalisé la semaine dernière un sac/cabas de plage à partir des poches arrière d’un jean et de wax.

J’avais également utilisé une partie d’une jambe du pantalon pour confectionner le fond du sac et une poche intérieure.

Mais que faire de ce qui me restait ?

J’ai pour habitude de m’acheter, chaque été, un sac en toile.

C’est une façon pour moi d’adopter un look estival.

Ce sac en toile, je le traîne généralement partout. Il me suit avant, pendant et après mes vacances.

Pour retrouver mon sac estival version 2017 et son tuto, c’est par ici.

Cette année, j’ai fait plus simple.

Je me suis basée sur les dimensions du sac pliable taille moyenne de Longchamp et j’ai réalisé la base de mon sac comme une trousse de toilette basique, en « cassant » les angles à 10cm de la pointe.

Marges comprises, les dimensions sont les suivantes :

  • 4 faces ( 2 pour l’extérieur et 2 pour l’intérieur) = 52cm x 42cm

Les anses sont plus larges qu’à la coutumée, pour plus de confort. Il vous faudra pour les réaliser :

  • 2 bandes de tissu de 75cm x 8cm
  • 1 fermeture éclair de 50cm

Dernier détail, la bande de jean mesure 14cm de large sur 52cm. Si vous optez pour cette version, pensez à les soustraire de la largeur du tissu extérieur et assemblez-les.

Voilà Mesdames………. et Messieurs, y’a plus qu’à !

À très vite pour une nouvelle expérience couture. 💋